RE 2020 : trois axes majeurs pour la conception des ouvrages

Après de longs échanges entre les professionnels du Bâtiment et les pouvoirs publics, la Règlementation environnementale 2020 (RE2020) aura été approuvée d’emblée par le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité énergétique.
Ni révision, ni retouche n’auront agrégé un texte qui constituera sans doute un tournant majeur pour la conception des ouvrages neufs. Hormis, quelques aménagements de calendrier, la RE2020 aura été intégralement validée par la commission chargée d’examiner les propositions du Ministère de la Transition Ecologique.
 

La sobriété énergétique, la conception bas carbone et le confort d’été seront les trois grands axes de la future règlementation qui entrera en vigueur au 1er janvier 2022.
La RT2012, qui avait introduit une obligation de résultat énergétique, avait permis de diviser par cinq le bilan énergétique des constructions.
La RE2020, quant à elle, conservera bien les exigences énergétiques de la dernière réglementation, mais en abaissant le seuil de besoin bioclimatique de 30%. Concrètement, Il s’agit de renforcer les qualités de l’enveloppe des bâtiments en isolant mieux.

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont pris acte de la forte empreinte carbone que génère la construction des bâtiments. En effet, celle-ci est comparable à l’impact environnemental que produit un logement pendant cinquante ans.
A cet égard, la RE2020 se fixe l’objectif de maitriser les externalités de la phase chantier. Les matériaux et les équipements composant un ouvrage seront évalués sur le plan de leurs impacts CO². La somme de ces impacts, rapportée à chaque logement, devra passer sous un seuil carbone règlementaire.
A ce titre, l’Analyse du Cycle de Vie ( ACV) constituera l’outil méthodologique qui permettra aux approches constructives de se conformer à ces nouvelles exigences.

 

Troisième volet de la RE2020, la résilience des constructions devient un critère incontournable au regard des évolutions du climat. Il s’agit de préparer les bâtiments de demain aux périodes de fortes chaleurs rendues plus fréquentes par le réchauffement climatique.
Le confort d’été sera désormais appréhendé avec une méthodologie renouvelée qui intègrera des paramètres d’environnement ( altitude, exposition, configuration ).
De plus, la notion de Degré-Heures d’inconfort caractérisera désormais la résilience des bâtiments faces aux épisodes caniculaires.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

7
Mar
2022

Rénovation énergétique : opération « chantiers propres »

La rénovation thermique de l’enveloppe est désormais une technique courante. Sur le plan énergétique, nul doute que cette stratégie ait abouti à d’incontestables performances.

Lire l'article
7
Fév
2022

Quelle solutions pour rendre sa maison plus écolo ?

La maison individuelle fait parfois l’objet de débats sur son rapport à l’environnement. Mais la qualité écologique d’une construction est avant tout le résultat de pratiques concrètes : une bonne isolation reste le critère primordial d’un logement, quel que soit sa typologie.

Lire l'article
7
Jan
2022

Le patrimoine de la « reconstruction » : un cas d’école de la rénovation energétique

Certains patrimoines sont emblématiques d’une période. C’est le cas des immeubles de la Reconstruction qui ont marqué discrètement l’histoire des logements collectifs.

Lire l'article