RE2020 : la qualité environnementale des constructions sera bientôt un critère règlementaire

La RE2020 s’appliquera à la construction de logements à compter du 1er janvier 2022. Les bâtiments tertiaires et d’enseignement seront aussi visés par la nouvelle réglementation dès le 1er juillet 2022. L’objectif n’est plus seulement de limiter les effets climatiques des consommations d’énergie. Réduire l’impact de la phase « chantier » est désormais une étape cruciale de la transition environnementale. A cet égard, la RE2020 établit un nouvel indicateur posant les limites écologiques des constructions à venir.
 

Evaluer l’empreinte carbone des constructions

 

De la production industrielle à la fin de vie, les matériaux doivent d’abord être évalués sur la base d’une méthodologie rigoureuse, l’Analyse du Cycle de Vie (ACV). Celle-ci permet de rendre compte des impacts réels des composants. Ces impacts sont recensés par des « contributeurs » qui catégorisent les externalités sous plusieurs aspects. La production des matériaux, par exemple, fait partie de ces contributeurs, ainsi que l’énergie nécessaire à la réalisation du chantier. Par ailleurs, l’utilisation des composants est intégrée à l’ACV, de même que leur traitement en fin de vie. Par cette approche, le poids carbone des matériaux est intégralement pris en compte. Réalisant le cumul de ces impacts pour tous les composants d’un même projet, l’ACV peut alors produire un bilan environnemental précis pour chaque bâtiment.

Un indicateur carbone des constructions INDICATEUR CARBONE DES CONSTRUCTIONS

 

A cet égard, la RE2020 a fixé des limites pour les constructions concernées. Ainsi, dans un premier temps, l’indicateur Ic construction prescrit de ne pas excéder 640 kg équivalent CO² par mètre carré pour une maison individuelle, et 740 kg équivalent CO² pour un logement collectif. De plus, la réglementation introduit une certaine dégressivité visant à accélérer la décarbonation des techniques constructives : A compter de 2025, les deux seuils seront respectivement ramenés à 530 et 650 kg équivalent CO²/m² et, à l’horizon 2031, ils auront été abaissés d’un tiers.

 

Désormais, la transition environnementale des bâtiments ne se limite plus au rapport classique qu’entretenaient les équipements et l’isolation de l’enveloppe. La qualité environnementale des modes constructifs fera bientôt son entrée dans le champ règlementaire. Il s’agit donc de se préparer à une décarbonation croissante qui privilégiera les techniques les plus sobres en énergie, dans l’objectif de réduire l’impact des constructions sur le changement climatique.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

7
Mar
2022

Rénovation énergétique : opération « chantiers propres »

La rénovation thermique de l’enveloppe est désormais une technique courante. Sur le plan énergétique, nul doute que cette stratégie ait abouti à d’incontestables performances.

Lire l'article
7
Fév
2022

Quelle solutions pour rendre sa maison plus écolo ?

La maison individuelle fait parfois l’objet de débats sur son rapport à l’environnement. Mais la qualité écologique d’une construction est avant tout le résultat de pratiques concrètes : une bonne isolation reste le critère primordial d’un logement, quel que soit sa typologie.

Lire l'article
7
Jan
2022

Le patrimoine de la « reconstruction » : un cas d’école de la rénovation energétique

Certains patrimoines sont emblématiques d’une période. C’est le cas des immeubles de la Reconstruction qui ont marqué discrètement l’histoire des logements collectifs.

Lire l'article