Règlementation incendie : quels sont les bâtimnts concernés par l’Instruction Technique n°149 ?

L’Instruction Technique n°249 (IT249), annexée à l’arrêté du 24 mai 2010, précise certaines conditions relatives à la protection incendie des bâtiments. Ce document réglementaire dispose notamment des techniques à mettre en œuvre pour éviter la propagation du feu sur des façades isolées en polystyrène expansé sous enduit.

 

Les solutions inscrites dans l’instruction technique consistent en l’installation de bandes de protection en laine minérale et filante. Ces bandes sont disposées horizontalement et sur tout l’étage, en même temps que l’isolation thermique extérieure sous enduits. Cette disposition ne s’applique évidemment pas à la totalité des bâtiments ; elle vise principalement les immeubles concentrant un certain nombre d’occupants.

 

La réglementation incendie est différente selon les bâtiments

 

Tout d’abord, pour ce qui est des établissements recevant du public (ERP), la quasi-totalité des bâtiments est concernée par les prescriptions de l’IT 249, dès lors qu’il s’agit de constructions en R+2.

 

En ce qui concerne les bâtiments d’habitation, les préconisations ne visent pas les première et deuxième familles pour lesquels le risque de propagation de feu par la façade est considéré limité. Ces familles caractérisent essentiellement des bâtiments d’habitation individuelle d’un seul ou de plusieurs niveaux, ou groupées avec un étage au maximum. Les habitations collectives comportant au plus trois étages sur rez-de-chaussée font également partie de la deuxième famille. En revanche les troisième et quatrième familles sont pleinement visées par les obligations dictées par l’IT 249 en matière de protection incendie des façades isolées thermiquement par l’extérieur et sous enduits. La troisième famille est essentiellement caractérisée par le plancher du bas du logement le plus haut situé à 28 mètres au plus du sol. A la quatrième famille correspond les constructions d’habitation dont la hauteur du plancher bas le plus haut est comprise entre 28 et 50 mètres au niveau du sol.

 

Ces bâtiments d’habitation font l’objet pour les travaux d’isolation thermique extérieure sous enduits, tant en construction qu’en rénovation, d’une protection incendie interdisant la propagation du feu par la façade. Cette protection par bandes filantes est disposée à chaque niveau. Seules les façades dites aveugles échappent à cette exigence, à condition de ne pas former un dièdre d’angle rentrant inférieur à 135° avec des parties contiguës comportant des baies.

 

Toutefois, dans le cas d’une isolation thermique extérieure sous enduits minces, ces façades aveugles doivent néanmoins comporter une protection par bandes filantes au niveau des trois premiers planchers. Le Guide de Préconisations d’Avril 2016 (Protection contre l’incendie des façades béton ou maçonnerie revêtues de système d’isolation thermique extérieure par enduit) regroupe toutes les indications ayant trait à la mise en œuvre de ces protections.

 

Il a été établi à la suite d’essais (LEPIR2) menés par les laboratoires EFECTIS et CREPIM sur les systèmes d’enduits et notamment sur les isolants de façades d’ISOBOX.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

7
Mar
2022

Rénovation énergétique : opération « chantiers propres »

La rénovation thermique de l’enveloppe est désormais une technique courante. Sur le plan énergétique, nul doute que cette stratégie ait abouti à d’incontestables performances.

Lire l'article
7
Fév
2022

Quelle solutions pour rendre sa maison plus écolo ?

La maison individuelle fait parfois l’objet de débats sur son rapport à l’environnement. Mais la qualité écologique d’une construction est avant tout le résultat de pratiques concrètes : une bonne isolation reste le critère primordial d’un logement, quel que soit sa typologie.

Lire l'article
7
Jan
2022

Le patrimoine de la « reconstruction » : un cas d’école de la rénovation energétique

Certains patrimoines sont emblématiques d’une période. C’est le cas des immeubles de la Reconstruction qui ont marqué discrètement l’histoire des logements collectifs.

Lire l'article