Rénovation énergétique : opération « chantiers propres »

La rénovation thermique de l’enveloppe est désormais une technique courante. Sur le plan énergétique, nul doute que cette stratégie ait abouti à d’incontestables performances.
Néanmoins, elle pose quelques problèmes, comme la production de déchets ou la dispersion de poussières près des logements à rénover.
Peut-être est-il temps de se pencher sur ce qui peut être amélioré dans la pratique pour conjurer ces désagréments …

Depuis les premiers plans de rénovation urbaine, toute une filière s’est organisée autour de la transition énergétique des logements. L’éco-rénovation a joué un rôle déterminant pour rendre le résidentiel sobre et confortable. Le traitement des façades et l’isolation des combles ont été les opérations les plus répandues et celles dans lesquelles l’amélioration énergétique s’est révélée la plus efficace.
Souvent effectuée en site occupé, la réhabilitation de l’enveloppe induit quelques externalités, comme la production de déchets ou encore la dispersion de poussières.

 

Selon le soin apporté par les entreprises, cette situation est plus ou moins bien vécue par les résidents. Les donneurs d’ordre ont souvent conscience de cette problématique et prescrivent généralement certaines recommandations d’usage aux adjudicataires.

Cependant, la notion de « chantier propre » devient incontournable à plusieurs titres. Bien sûr, la préservation de la qualité de vie des occupants est un objectif essentiel. Mais, le respect de l’environnement et la gestion des déchets en vue de leur éventuel recyclage doit aussi faire partie des exigences des maîtres d’ouvrages.

 

En effet, dans son article 51, la Loi Anti-Gaspillage et pour l’Economie Circulaire (AGEC) dispose de nouvelles obligations touchant les donneurs d’ordre. Ces derniers sont dorénavant invités à établir un diagnostic sur l’éventuelle recyclabilité des déchets des réhabilitations.

 

A cet égard, ISOBOX-ISOLATION propose, depuis plus d’un an, le programme KNAUF CIRCULAR qui assure la récupération des découpes d’isolants. Les déchets PSE sont désormais collectés au moyen de conditionnements qui interdisent leur dispersion dans l’environnement. Les chutes sont ensuite expédiées, sans frais pour l’entreprise, vers des usines proches qui les recyclent dans leurs fabrications.

Cependant, la notion de « chantier propre » devient incontournable à plusieurs titres. Bien sûr, la préservation de la qualité de vie des occupants est un objectif essentiel. Mais, le respect de l’environnement et la gestion des déchets en vue de leur éventuel recyclage doit aussi faire partie des exigences des maîtres d’ouvrages.

 

En effet, dans son article 51, la Loi Anti-Gaspillage et pour l’Economie Circulaire (AGEC) dispose de nouvelles obligations touchant les donneurs d’ordre. Ces derniers sont dorénavant invités à établir un diagnostic sur l’éventuelle recyclabilité des déchets des réhabilitations.

 

A cet égard, ISOBOX-ISOLATION propose, depuis plus d’un an, le programme KNAUF CIRCULAR qui assure la récupération des découpes d’isolants. Les déchets PSE sont désormais collectés au moyen de conditionnements qui interdisent leur dispersion dans l’environnement. Les chutes sont ensuite expédiées, sans frais pour l’entreprise, vers des usines proches qui les recyclent dans leurs fabrications.

 

Par ailleurs, ISOBOX-ISOLATION, a depuis longtemps soulevé la problématique de la dispersion de matières isolantes. Le rattrapage de planéité par ponçage, qu’occasionne souvent l’emploi d’isolants de première génération, induit un risque plus élevé quant à dispersion des particules.
En proposant des produits ne rééquerrant plus cette reprise d’alignement, ISOBOX-ISOLATION procure aux professionnels de la rénovation les moyens d’augmenter la propreté de leurs ouvrages, sans parler des bénéfices que cette innovation produit sur la qualité des finitions.

 

Ainsi, la notion de « chantier propre » ne se limite pas à quelques prescriptions. Car celles-ci ne se traduisent pas toujours par des améliorations concrètes. Par exemple, la mise au rebut des matériaux dans des bennes de chantiers à ciel à ouvert est difficilement compatible avec des stratégies visant leur non-dispersion dans l’environnement.
De même, l’emploi d’encombrants systèmes d’aspiration destinés à maitriser la dispersion des fines devrait être évitée. Le mieux est de ne pas poncer du tout. C’est ce que propose ISOBOX-ISOLATION avec sa gamme d’isolants de façade de deuxième génération, ETIXX.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

7
Fév
2022

Quelle solutions pour rendre sa maison plus écolo ?

La maison individuelle fait parfois l’objet de débats sur son rapport à l’environnement. Mais la qualité écologique d’une construction est avant tout le résultat de pratiques concrètes : une bonne isolation reste le critère primordial d’un logement, quel que soit sa typologie.

Lire l'article
7
Jan
2022

Le patrimoine de la « reconstruction » : un cas d’école de la rénovation energétique

Certains patrimoines sont emblématiques d’une période. C’est le cas des immeubles de la Reconstruction qui ont marqué discrètement l’histoire des logements collectifs.

Lire l'article
6
Déc
2021

Combles perdus : le confort retrouvé

L’isolation des combles perdus est une opération bien connue des professionnels de la rénovation. Toutefois, elle se limite trop souvent à un traitement sommaire.

Lire l'article